Être libraire

Les qualités d’un libraire

“Je crois que la règle numéro un est de rester soi-même. Il faut ensuite beaucoup d’empathie, car on ne veut pas imposer nos lectures et coups de coeur à quelqu’un, mais bien trouver le livre qui lui fera vivre un bon moment. Alors, beaucoup d’écoute, surtout lorsque cette personne parle de ses dernières lectures !

Comme vous savez, on ne lit pas tout, malheureusement. Alors, les commentaires de ma clientèle sont importants pour conseiller d’autres clients qui ont les mêmes goûts. Il faut aimer le livre et son univers, car, contrairement à la croyance populaire, nous ne lisons pas derrière le comptoir (soupir…). C’est un travail technique : recevoir nos boîtes, informatiser le produit, les étiqueter, les placer sur les étagères, sortir les vieux titres, les retirer du système et les retourner au fournisseur. C’est la perspective d’ouvrir un coffre aux trésors chaque fois qui alimente un libraire passionné et, bien sûr, de répandre la bonne nouvelle!”

Shannon Desbiens, libraire certifié de la librairie Les Bouquinistes de Chicoutimi, lauréat du Prix d’excellence de l’Association des libraires du Québec (ALQ) en 2016. Article complet sur La Presse

Description du métier
Le métier de libraire est décrit sur le site d’Emploi-Québec dans la section concernant le programme d’apprentissage en milieu de travail du métier de libraire:

La personne qui occupe un emploi en tant que libraire est appelée à travailler dans des établissements dont l’activité principale consiste à vendre de livres. Les tâches principales du libraire sont rattachées aux deux champs de responsabilités du métier, soit, le service-conseil et le service de réception et retour de livres. Selon qu’il s’agisse d’une libraire indépendante, d’une librairie de chaîne ou d’une coopérative en milieu scolaire, différentes tâches peuvent être effectuées. 

À la base, pour les trois types de librairies, le libraire accueille et conseille la clientèle. Il utilise toutes les ressources de la librairie dont une base de données informatisées dans la plupart des cas. Il maîtrise le système de classement des livres et il est souvent amené à aménager des aires de ventes selon les concepts précis. 

Dépendamment du contexte de librairie, le libraire peut être responsable du retour des livres aux distributeurs et de la réception des livres. Il doit alors maîtriser les tâches reliées au traitement de la marchandise, de la manipulation à l’interprétation des renseignements inscrits sur les formulaires liés aux transactions. Il doit aussi traiter les renseignements utiles à la gestion des inventaires et les saisir dans une base de données. 

Par ailleurs, il faut voir que le travail du libraire en tant que spécialiste de la vente de livres comporte une dimension qui lui est propre. En effet, les libraires sont confrontés à un défi de taille qui consiste, d’une part, à rendre accessible et à promouvoir les livres en tant que support de la culture et de la connaissance et, d’autre part, à rentabiliser les activités commercialisées liées à la vente des livres.

Formation de base

de laLa formation de base, disponible aux personnes désireuses d’apprendre le métier lors d’un parcours scolaire, n’est pas offerte dans les écoles et les universités du Québec. C’est pourquoi il existe deux programmes en formation continue pour les libraires.

Contrairement au métier de bibliothécaire, pour lequel il existe de multiples programmes de formation offerts par la plupart des grandes universités, il n’existe pas de formation de type scolaire pour le métier de libraire. C’est pourquoi le secteur de la librairie a multiplié les démarches, pendant plus d’une décennie, pour obtenir une formation de base reconnue afin de rehausser le professionnalisme du métier dans un contexte réglementaire exigeant et hautement concurrentiel. Un Comité réunissant tous les intervenants de la chaîne du livre, a finalement chargé l’Association des libraires du Québec (ALQ) de développer un programme de qualification de la main-d’oeuvre.

C’est ainsi que sont nés le Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) destiné aux personnes débutantes dans le métier de libraires, et le Programme d’évaluation et de reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre (RCMO) pour les libraires qui exercent leur métier depuis plus de deux ans, ou l’équivalent de deux années à temps complet.

Le livre est une composante majeure et même stratégique du développement social et culturel de notre société.

Gérald Larose

Président du Comité sur les pratiques commerciales dans le domaine du livre

Débuter dès maintenant

w

Compétence Culture

Comité sectoriel de main-d'oeuvre pour la culture

514-499-3456 poste 223

nathalie.leduc@competenceculture.ca 

w

Emploi-Québec

w

ALQ

Association des libraires du Québec

514-526-3349

info@alq.qc.ca

w

FQCMS

Fédération québécoise des coopératives en milieu scolaire

514-352-1121 poste 243

rh@coopsco.com